• Ces laghouati que j’ai eu le plaisir de côtoyer (14)

    Ces laghouati que j’ai eu le plaisir de côtoyer (14)

    Lakhdar Fechkeur : le pionnier du Laghouat new look

    Par Mohamed-Seddik LAMARA

    A la faveur de ses deux mandats successifs (de 1980 à 1989) à la tête de la commune de Laghouat, Lakhdar Fechkeur peut, s’enorgueillir d’être le pionnier du réaménagement « new look » de la cité oasienne. Et pas seulement. Jeune et fougueux édile formé sur l’exaltant terrain du monde agraire, il  a marqué d’une empreinte indélébile le réaménagement de sa ville que d’aucuns considéraient comme une œuvre hasardeuse. Le pari, en effet, était difficile tant la topographie des lieux exigeait des approches pluridisciplinaires que la commune, indigente sur le plan du management technique, n’était pas en mesure de développer par ses propres moyens. Les propositions qu’il s’ingéniait à faire inscrire sur le plan communal, alors nanti de consistantes autorisations de programmes, lui avaient souvent valu des moues dubitatives de la part de l’exécutif de la wilaya considérant le « relooking » du chef lieu de celle-ci comme hors de portée de ses moyens. Mais ce cadre de l’agriculture fortement imprégné du vécu des populations locales ne l’entendait pas de cette oreille lui, fils du cru, ayant réussi le pari de soustraire la grande ferme agropastorale de Tadjmount de sa longue léthargie pour en faire une unité de production des plus prospères. Son émulation alliée à un don de la communication point usurpé lui ont été d’un grand secours pour gagner non seulement la confiance des citoyens mais aussi celle des entreprises impliquées dans le gigantesque projet de réaménagement d’une ville démunie de l’essentiel en matière d’infrastructures de base et autres équipements collectifs. Grâce à un ingénieux montage d’opérations inscrites au plan communal de développement (pcd), la cité est parvenue à sortir rapidement de son confinement. Le réaménagement des vastes boulevards bordés d’arbres, les trottoirs et placettes recouvertes d’un noble et joli matériau local en l’occurrence, le « makkat » (dalles naturelles de divers coloris), la réalisation, d’un complexe sportif et d’un autre culturel, d’un pittoresque marché couvert et d’une gare routière, ont notablement contribué à rendre plus coquette la ville de Benkeriou. Embellie quelque peu salvatrice pour son devenir contrarié, aussitôt après, par la crise  apparue au milieu des années quatre vingt.  Sa pugnacité à honorer son contrat vis à vis de la collectivité a fini par convaincre la tutelle désormais rassuré par l’opportunité de ses choix dans l’amélioration de plus en plus visible du cadre de vie local. Sa subjugation n’en a été que plus fouettée d’autant plus que je n’hésitais pas, régulièrement de par ma mission d’homme de l’information, à rendre publiques ses « bravades ».Mon devoir de journaliste mais avant tout de citoyen constatant de, jour en jour, la mue gracieuse de la cité et les multiples commodités qu’elle offrait, me l’imposait. A la wilaya, il s’est trouvé certains qui m’avaient reproché de me trop « m’acoquiner » avec ce jeune maire par trop entreprenant et plein de morgue. Au lieu de rabrouer ma sympathie envers lui, cette désagréable remarque a, au contraire, renforcé mon admiration à son endroit. Rapporter par voie de presse, le grand pari de réaliser, en 100 jours, la salle omnisports de Laghouat relève-t-il acte laudateur ? « Bien faire et laisser braire », cet adage – que moi-même affectionnait- lui allait comme un gant pour avoir réussi à contourner les sombres desseins des empêcheurs de tourner  rond. A cet égard, je n’ai point hésité à lui offrir mon amitié. Enumérer ici les  louables actions qu’ils avaient entreprises n’est pas aisé. Je dirai juste qu’il a été un admirable chef de l’exécutif communal ayant su imposer sa manière moderne et osé pour gérer sa ville selon les canons de la citoyenneté participative. Une vertu avant l’heure !

    La fin de son deuxième mandat coïncidât, quelques mois avant, avec mon départ définitif de Laghouat en octobre 1989.  Peu, auparavant, nos chemins se croisèrent sur la route vers la Tunisie où nos familles respectives lièrent connaissance. A la faveur de notre courte escapade dans le pittoresque pays voisin, nous eûmes le plaisir de mieux nous connaître. Sa mère, Allah yarhamha, qui l’accompagnait dans ce voyage m’avait laissé une forte impression d’une véritable lady de l’oasis éternelle, une « horra » comme on n’en rencontre plus de nos jours. MSL

     

    « الطرب الأغواطي »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Février 2015 à 22:56

    Salam, merci pour les encouragements. j'ai bien connu hadj par contre pas N. Cotte.

    Comment vous avez fait pour obtenir 7717 visiteurs en une journée? Merci beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :